« Mon Aide, ô Dieu que tu es ! » La chorale SCOAN chantait pendant que le service dominical en direct de la SCOAN battait son plein, conduisant les fidèles à un état de « fondre en larmes » devant le Seigneur. L’Esprit de Dieu a pénétré chaque cœur pour le préparer à un autre service révolutionnaire à La SCOAN. Dans une atmosphère de louange et d’adoration, la congrégation s’est réjouie de l’apparition d’un nouveau ministre à l’autel, une femme de Dieu, Yinka, avec le message du jour, AYEZ CONFIANCE – BOUGEZ L’IMPOSSIBLE. Certes, le Dieu des impossibilités s’est montré fort comme Yinka prêchait puissamment sur l’essence de la marche dans la foi pour déplacer les montagnes et faire l’impossible. Certaine de la fiabilité de Dieu, Yinka a dit qu’il est important pour les chrétiens d’activer leur foi avec la substance de la patience, la confiance, l’obéissance, la persévérance et l’endurance. Soulignant que « la foi n’est pas une formule légaliste créée et acceptée par l’homme », Yinka se réfère à l’observation du prophète T.B. Joshua selon laquelle la prière pour tout objet spécial doit être suivie d’une attitude de confiance absolue dans le Père qu’Il élabore la réponse. Le texte de référence du jour est tiré de Jacques 2, 14-24, le passage bien connu sur la foi et les œuvres.

Avec de nombreuses références à d’autres parties de l’Écriture – Genèse 1, 15 & 22, Jean 20, 29, 2 Corinthiens 5, 7, Daniel 3, 17-18 et Hébreux 12 – Yinka a démontré les attentes de Dieu envers les chrétiens, surtout quand ils vivent des situations difficiles. Elle a exhorté l’assemblée et les téléspectateurs à comprendre que les situations désagréables ont surtout pour but de tester leur capacité à s’attendre Dieu jusqu’à la dernière minute. Elle a dit : « Quand vous faites l’expérience de choses contraires à la promesse de Dieu pour votre vie, souvenez-vous toujours que c’est l’occasion de cultiver une attitude de Christ Jésus », ajoutant que les épreuves et les tests sont inévitables dans la course chrétienne. Pour compléter son message, Yinka a conseillé : « Restez concentré. Restez calme. Ne reculez pas d’un pas. Restez stable, même quand tout autour de vous est instable. » Avec ces paroles, la femme de Dieu a manifesté l’onction incroyable de Dieu en préparant le cœur de la congrégation pour les miracles qui ont suivi. Étirant la main au nom de Jésus-Christ, des signes et des prodiges suivirent tandis que l’Esprit de Dieu guérissait les malades et révélait les choses profondes de Dieu. Alors qu’elle priait pour les malades d’un côté de l’auditorium, les gens de l’autre côté de l’auditorium ont commencé à vomir du sang et des substances toxiques. Ce miracle a démontré que lorsque la puissance de Dieu est présente, la guérison est comme la respiration ! Les malades se levèrent de leurs nattes de maladie et marchèrent vers la gloire de Dieu ; ceux qui étaient opprimés reçurent des messages de prophétie qui débloquèrent leur avenir et leur vie furent transformés. Les hommes de Dieu, Racine et Chris sont venus se joindre à Yinka alors que la puissante manifestation de la gloire et de la puissance de Dieu remplissait l’auditorium et les foyers de ceux qui regardaient Emmanuel TV dans le monde entier. C’était un geste monumental de Dieu et des témoignages suivent :

L’ENSEIGNANT GUÉRI DE 12 ANS DE DOULEURS DORSALES INTENSES.

On dit que la vie commence à 40 ans. Mais pour M. Jonathan Ikiouks, 52 ans, c’est la misère qui a commencé pour lui il y a 12 ans. Un diagnostic de spondylose lombaire a rendu sa marche extrêmement difficile. Pour l’aider dans ses mouvements, les médecins lui ont donné un corset lombaire et une canne, mais les aides n’ont pratiquement rien fait pour lui. Ainsi, cet enseignant de Bayelsa, au Nigéria, a trouvé qu’il lui était pratiquement impossible d’accomplir ses tâches en classe, car il ressentait constamment de fortes douleurs dans le bas du dos. Huit ans après le début de son état, en 2014, M. Ikiouks s’est finalement soumis à une opération en Inde, mais six mois plus tard, la douleur est revenue dans une férocité démoniaque. Pendant encore quatre ans, M. Ikiouks a tout porté comme un homme, mais quand il ne pouvait plus compter sur les efforts humains, il a cherché Jésus à La SCOAN. Avec une foi inébranlable dans son cœur, M. Ikiouks implora le serviteur de Dieu de prier pour lui. Donner toute la gloire et l’honneur à Jésus-Christ le Maître Chirurgien, l’homme de Dieu a imposé les mains à l’homme malade, priant pour lui au nom qui est au-dessus de tout autre nom : Jésus Christ. Pour un Dieu qui honore Son nom tout le temps, la réponse du Ciel n’est venue qu’en quelques instants. Se levant, la joie de M. Ikiouks n’avait pas de limites : « Je suis libre ! Merci, Jésus ! Je peux marcher maintenant. Oh, béni soit Ton nom, Dieu ! » M. Ikiouks était accompagné de son frère cadet, qui lui, a raconté le voyage difficile qu’ils ont entrepris en Inde et combien la famille est soulagée maintenant, pour la gloire de Dieu. Concluant son témoignage, M. Ikiouks a conseillé aux gens de chercher Dieu et de comprendre que rien n’est impossible avec Lui.

DOUCE COMME UNE COLOMBE, MME PRINCEWILL NE VEUT PLUS BATTRE SON MARI !

La semaine dernière, pour le couple de Princewill, a été un renforcement du cordon d’amour presque brisé. Avant que Mme Esther Princewill ne trouve le chemin de La SCOAN et avant qu’elle ne parvienne à convaincre son mari initialement réticent de l’accompagner la semaine dernière, le mariage des Princewills s’était pratiquement heurté contre les rochers. Pourquoi ?

C’était parce que le diable avait semé la discorde dans le mariage. Parce que le couple n’avait pas vu la lumière spirituelle, ils ne savaient pas que c’était le diable qui avait semé la discorde dans leur maison. L’œuvre du diable s’est manifestée de différentes manières. En premier lieu, le diable a fait disparaître l’amour du mariage et le couple a commencé à s’éloigner. Puis, le diable a mis l’esprit de colère en Mme Princewill, l’amenant à exploser sur la moindre question concernant le foyer. Les choses allaient si mal qu’elle menaçait souvent de battre son mari. De son côté, M. Prince se retirait dans sa coquille, refusant même de faire connaître à sa femme son lieu de travail exact de peur qu’elle ne vienne le frapper ! Plus sinistre encore est le fait que Mme Prince a toujours rêvé qu’elle mangeait avec des parents décédés et qu’elle se rendait dans des cimetières et des morgues ; plusieurs personnes lui ont également dit qu’elles rêvaient qu’elle allait mourir. La voix de la mort s’est mise à murmurer dans ses oreilles : « Je t’aurai bientôt. C’est à ce moment que Mme Princewill arriva à la maison de Dieu, après avoir jeûné et médité sur Zacharie 4:6 : “…. Ce n’est ni par la force ni par la puissance, mais par Mon Esprit, dit l’Éternel des armées. » Pendant le temps de l’imposition des mains, l’homme de Dieu la repère et prophétise sur son esprit agressif et dominant. Priant pour elle au nom puissant de Jésus, il lui assura que Dieu avait pris le contrôle et que son mariage serait désormais heureux. Fidèles à la Parole de Dieu, les Princewills ont rayonné d’amour et d’une affection nouvelle en témoignant à l’église le dimanche. Selon M. Princewill, « je ne savais même pas que ma femme était aussi belle ». Mme Princewill a dit que son mari l’a couverte d’amour, d’affection et même d’argent et qu’elle sait maintenant où il travaille ! « Aujourd’hui, dit-elle, nous vivons comme mari et femme, comme frère et sœur et comme amants. Elle a exhorté les gens à réaliser qu’ils ne peuvent pas changer les choses par eux-mêmes, à moins que Dieu ne soit impliqué, en particulier dans le mariage.

« DIEU M’A DÉLIVRÉ DE L’ESPRIT DE LUXURE ET D’INFIDÉLITÉ », DIT M. DIELAYE.

Qu’est-ce qu’un homme marié pourrait avoir d’autre que des ennuis à courtiser en appelant et en recevant des appels de petites amies en présence de sa femme qui l’aime ? M. Dielaye a eu des ennuis, en effet. Pensant qu’il s’amusait comme il se doit, M. Dielaye, originaire de Bayelsa, au Nigéria, s’est laissé consumer par l’esprit de luxure et s’est éloigné sans cesse de son temps en club. Quand le couple est arrivé à La SCOAN, Dieu a pris le relais et les ecailles sont tombées des yeux de M. Dielaye. « J’ai senti qu’un marteau m’avait frappé. Je ne pouvais pas me contrôler, je ne pouvais pas m’empêcher de dire ces choses « , a dit M. Dielaye en référence à ce qui s’est passé après que l’homme de Dieu l’ait touché, au nom puissant de Jésus Christ. Parlant du passé et de la façon dont elle a réagi aux actions passées de son mari, Mme Dielaye a dit qu’elle se battait parfois contre les autres femmes au téléphone, croyant que c’était une phase qui allait disparaître.

Faisant le vœu de ne plus continuer ce genre de vie avec les femmes, M. Dielaye a avoué : « Je vois maintenant la vraie lumière après ma délivrance. » Mme Dielaye a conseillé aux gens de consulter Dieu sur leurs problèmes au lieu de simplement supposer qu’ils sont naturels. M. Dielaye a parlé dans la même veine, conseillant aux gens d’être sages aux ruses de satan et de ne pas jouer avec l’esprit de la luxure.

Nous nous réjouissons de la bonté du Seigneur et nous le remercions pour sa miséricorde et sa faveur dans nos vies, alors que nous réfléchissons à tout ce qu’il a fait parmi nous au cours de notre récent service dominical en direct du SCOAN. A Dieu soit la gloire !